Espace pédagogique

SVT- Académie de Strasbourg

Construire une échelle des preuves

Construire une échelle des preuves Image 1

1. Consignes pour le professeur

2. Message pour les élèves

Le message à distribuer aux élèves peut être le suivant :

Pourquoi est-il important de développer mon esprit critique ?

De nos jours, de nombreuses informations circulent sur tous les sujets, en particulier sur les réseaux sociaux ou via la télévision. Mais il faut avoir conscience que toute information ne constitue pas une preuve. On ne peut se permettre de relayer des informations qui ne soient des preuves factuelles et qui pourraient donc être fausses.

Comment faire ?

Il faut prendre le temps d’analyser chaque information pour savoir s’il s’agit d’un témoignage ou d’une preuve car un simple témoignage ne constitue pas une preuve.
Une preuve factuelle, par définition, doit se baser sur des faits (observations, mesures, etc…). Elle est d’autant plus fiable si une conclusion commune émerge de multiples études de différents horizons (voir figure 1).

Conclusion

Cette activité doit permettre aux élèves de comprendre qu’un témoignage ne constitue pas une preuve. Par ordre décroissant de fiabilité : l’expérience personnelle > le témoignage rapporté > la sagesse populaire.
L’enseignant doit apprendre aux élèves à cerner l’importance des preuves factuelles, d’autant plus robustes si une conclusion commune émerge d’études de différents horizons

 

Le document complet comporte trois documents élèves afin de construire l'échelle des preuves. Ces documents ne sont pas représentés ci-dessous.

Références

Suggestions de lecture

  • Science & pseudo-sciences n°326
    La qualité de la preuve en médecine, par Jean-Paul Krivine
  • https://www.pseudo-sciences.org/